Cinq millénaires d'histoire dans les Alpes
où il y eut des hommes bien avant les Gaulois...

par Aimé Bocquet

 

Le peuplement des Alpes du Nord françaises est déterminé par le relief, les voies naturelles de circulation et la position de la région entre Suisse, plaine du Pô et vallée du Rhône.

Le Néolithique ancien est peu représenté par quelques communautés de chasseurs en voie de néolithisation depuis le Rhône supérieur au Nord et les civilisations méridionales au Sud, dès 5300/5200 BC.

Au Néolithique moyen les premières colonisations de territoires vierges arrivent du Sud (Civilisation chasséenne) et de Suisse (Civilisation de Cortaillod). Un domaine alpin d'altitude se crée en haute Maurienne et haute Tarentaise directement relié au Val d'Aoste et au Val de Suse par les cols, sous l'influence des "Cortaillod" établis en Valais sur le haut Rhône, pour exploiter les roches vertes destinées à la fabrication des haches polies.

Au Néolithique final, le même partage entre influences méridionales (Néolithique récent méridional) et helvétiques (Néolithique récent rhodanien) se manifeste avec la conquête de nouveaux territoires.

Les premiers bronzes sont issus de la civilisation du Rhône au Bronze ancien puis de la civilisation des Tumulus au Bronze moyen sans qu'il y ait de véritable production locale.
Celle-ci apparaît avec la lente et progressive imprégnation technique et culturelle issue de la civilisation des Champs d'Urnes de l'Europe moyenne, de Suisse, de France orientale et d'Italie au Bronze final.

Les Alpins élaborent au même moment des productions métalliques originales, souvent influencées par les contacts avec l'Italie ; elles complètent celles des ateliers installés au bord des lacs.
A la fin du Bronze final se met en place une métallurgie spécifique en altitude dans les Hautes-Alpes.

Puis se placent les premières atteintes hallstattiennes avec soit l'installation de "colonies" sur le Buech et la Durance dans les Hautes-Alpes, soit la prise de contrôle du commerce transalpin par les hautes vallées et les cols ; les indigènes profitent de ce trafic qui les enrichit et facilite la création d'une véritable civilisation alpine originale, fondée sur le bronze et les productions locales à la fin du 1er âge du Fer (époque de Hallstatt).
Les Gaulois ne poursuivent pas, au 2ème âge du Fer (époque de la Tène), l'utilisation des cols mais les Alpins conserveront leur originalité et leur puissance qui fera obstacle à la pénétration romaine jusqu'à Auguste.

La protohistoire des Alpes est marquée par trois stades majeurs :
- la néolithisation au Ve millénaire des grandes vallées en base altitude et la création d'un peuplement alpin dans les massifc centraux en Savoie, lié à la fabrication des haches polies.
- la généralisation du bronze à la fin du IIe millénaire,
- les Alpes entrent dans la vie économique européenne à partir du VIIe siècle av. J.-C., favorisant la naissance d'une civilisation alpine originale.

Ces stades s'accompagnent de modifications techniques mais aussi et surtout de changements dans les mentalités, les statuts sociaux et la maîtrise du territoire.

Sommaire

La néolithisation et le néolithique ancien.
Le Néolithique moyen
Le Néolithique final
l'âge du Bronze ancien
L'âge du Bronze moyen
La phase ancienne du Bronze final
La phase moyenne du Bronze final
La phase récente du Bronze final
Premier âge du Fer
Deuxième âge du Fer

complétés par différents thèmes

RÉSUMÉ
Article paru dans L'ANTHROPOLOGIE, 1997, tome 101, n°2
revu, corrigé, complété et illustré.
Aimé Bocquet fut membre du Conseil supérieur de la recherche archéologique au ministère de la Culture et Directeur des Antiquités.
Page suivante
Page précédente

ARCHÉOLOGIE ET PEUPLEMENT
DES ALPES FRANCAISES DU NORD
du Néolithique aux âges de Métaux